Historique

Origine du nom : d’un anthroponyme et du latin vicus, « village »,

Cette région est riche en vestiges archéologiques de plusieurs époques majeures de l’histoire. La première occupation humaine du territoire est attestée dès le néolithique, avec la découverte, sur le plateau dominant le Gault, de silex taillés et polis. Des traces de scories, probablement gauloises, sont attestées aux Gouffres, aux Petites-Croix et au Petit-Moulin. L’époque gallo-romaine est aussi bien représentée par une nécropole, une église fondée par Saint Martin vers 380-390, et un trésor monétaire contemporain des règnes de Volusianus (251-254) à Aurélien (270-274). Celui-ci est composé de 203 pièces en bronze ; quelques-unes sont en argent, enfermées dans une céramique, elle-même enchâssée dans un coffret en bois. Issu de la nécropole gallo-romaine située à l’emplacement de l’actuel cimetière, ce trésor semble avoir été caché en 275 et oublié.

Les époques mérovingienne et carolingienne sont également représentées par un certain nombre de vestiges : plusieurs sarcophages, trois garnitures de ceintures du VIIème  siècle, des céramiques, des vases en verre, et deux monnaies du VIème ou VIIème siècle portant l’inscription Solonaco Vico.
Mentionnée par Grégoire de Tours, la forme la plus ancienne de Saunay date du VIème siècle : Solonacensis Vicus. Au Xème siècle, la forme évolue en Sulnacum Villa. Le bourg est alors scindé en deux paroisses, possédant chacune un sanctuaire dédié respectivement à Sainte Marie  et à Saint Gervais. A cette époque, le Gault fait fonctionner les grands et le petit moulin aujourd’hui disparus. En 1290, Sonnayum est mentionné dans les textes puis Sonnay au XVIIème siècle. De la première moitié du XVIème siècle subsistent les vestiges d’un four de verrier. Celui-ci a pu contribuer à la déforestation de cette zone. Le plus ancien registre paroissial date de 1565. Ce n’est que très tardivement, après le XIXème siècle, que la commune  prend le nom de Saunay. Des maisons à colombages, hourdies de blocs siliceux ou en briques subsistent dans le village, caractéristique du pays de Château-Renault. (Extrait de « Le Patrimoine des Communes d’Indre-et-Loire » Flohic éditions ).
 

Agence web | Ideo Point Com © 2015